ma traversée du laos à vélo

1000 km de parcourus de Ubon en Thaïlande jusqu’à Vientiane, la capitale du Laos

12 juin 2019

CHAPITRE 1 : MISSION IMPOSSIBLE OU TROUVER UN VéLO AU LAOS

Après avoir traversé la Thaïlande en auto-stop (vous pouvez aller voir l’article si ce n’est pas encore fait), je traverse la frontière à pieds au Sud du Laos. A ce moment là, j’avais pour plan de partir direction Paksé pas très loin de la frontière tout au sud du Laos, d’acheter mon vélo là-bas et ensuite remonter jusqu’au nord du pays avec celui-ci.

Le plan paraissait parfait sur le papier mais j’avais omis quelque chose : le Laos est bien moins développé que la Thaïlande. Et oui, j’avais de base décidé d’acheter mon vélo à Paksé sachant que c’est la troisième plus grande ville du Laos. je me disais que je n’aurais aucun mal pour trouver un super vélo là-bas. Mais au Laos, quand on parle de « grosse ville » ça veut enfaite plus dire « gros village ». Pas un seul magasin de vélo dans toute la ville, à part des vélos taille enfant tout rouillés au marché matinal de la ville. Je pars alors faire le tour des magasins de locations de vélo pour savoir où ils trouvent les leurs, ils sont tous unanimes : il faut aller les chercher en Thaïlande.Et devinez où ça plus précisément en Thaïlande? A Ubon! Oui la dernière ville par laquelle je suis passé avant de traverser la frontière. D’ailleurs là où j’ai vu de très beaux magasins de vélo sans m’arrêter me disant que je trouverais aussi bien au Laos. Bon plus le choix, il faut retourner en Thaïlande encore une fois pour aller trouver mon nouveau compagnon de route : mon bicycle !

 

Après avoir pris un bus rapide pour Ubon et traversé la frontière en sens inverse, la recherche peut commencer. Il y a beaucoup de magasins de vélo dans la ville mais la plupart son au dessus de mon budget, au alentours de 300 euros. Après avoir fait beaucoup de magasin j’en trouve enfin un qui propose des vélos à des prix raisonnables. Mon vtt me coutera120 euros mais bien sur le prix est proportionnel à la qualité… Ce n’est que plus tard que je vais regretter de ne pas avoir investis plus, sous-estimant les routes laotiennes.

J’installe ensuite un porte bagage, une sacoche avant, des LED, une nouvelle selle pour mon gros popotin et des tendeurs. Le tout me coutera aux alentours de 250 euros. Je ne conseille pas d’investir moins pour une longue traversée, surtout pour un pays montagneux comme le Laos. Je pense même que le bon prix à mettre est au minimum 250 euros pour votre vélo, si vous voulez avoir de la bonne came. Ne pouvant pas jeter mon backpack à la poubelle, j’ai du le fixer sur le porte bagage grâce aux tendeurs. La chose beaucoup plus pratique à faire est bien sur d’acheter des sacoches où mettre toutes vos affaires fixées sur les cotés du porte bagage.

Tout est maintenant près, plus qu’à repartir pour le Laos, mais cette foie à vélo. Ce qui est plus fatiguant que le bus, vous vous doutez bien…

vélo laos
Voilà le bolide

CHAPITRE 2 : UN RÊVE QUI SE REALISE

Après avoir encore profité quelques jours en Thaïlande, il est temps de repartir, même si j’aurais encore pu rester un mois de plus. Pour la première fois j’installe toutes les affaires sur le vélo comme vous voyez sur la photo du dessus, ce qui m’a pris près de 30 minutes mais je vais m’améliorer avec le temps. Je monte sur le bolide et les premiers coups de pédales me donnent déjà un bon aperçu du reste de l’aventure. Pédaler avec un sac de 70l à l’arrière ce n’est pas la même histoire qu’une simple balade à vélo.

De plus, la route jusqu’au Laos ne sera pas de tout repos. Bien que goudronnée, ça n’aura été qu’une succession de montées et de descentes. Etant obligé de pousser le vélo dans des montées frôlant les 10% de dénivelé. Ajoutez à cela un soleil de plomb et vous avez là un combo gagnant. Arrêtons maintenant de se plaindre, car malgré tout ça je ressens comme un sensation intense de liberté totale m’envahir. Vous êtes seul avec vous même sur des routes presque désertes, le temps quand à lui passe doucement vous laissant profiter de chaque minute. Contrairement au scooter ou à la moto, vous avez le temps de saluer tout les villageois, de vous arrêter discuter un moment ou prendre un rafraichissement.

Le deuxième jour de mon avancée vers le Laos, il se produit quelque chose d’inattendu, je dirais même inespéré. En traversant un village qui n’est pas très loin de la frontière, je passe à côté d’une maison assez atypique. En effet dans le patio de la maison se trouve un ring de boxe et pleins de sacs de frappe. Pas le choix, je m’arrête pour y jeter un oeil discrètement. Mais alors que je suis en train de déambuler entre des punching bags, une femme toute souriante sort de la maison sans crier gare. J’ai presque fait une crise cardiaque, pensant me prendre un coup de fusil, mais j’étais loin du compte… Voyant mon émerveillement devant cette salle de boxe plus que rustique, elle me prie de rester pour participer à l’entrainement de ce soir avec le coach qui n’est autre que son frère.

 

MUAY THAI thailande
Moi et mon coach préféré

Après une après-midi passée à me baigner dans une piscine naturelle proche du village avec ma nouvelle petite famille, il est temps de passer aux choses sérieuses! Je vais passer à ce moment là, un des plus beaux entrainements de boxe de toute ma vie. Le coach entraine une dizaine d’adolescents thaïlandais très pauvres venant de ce village et de ceux aux alentours. Les enfants s’entrainaient tous les jours sans exception après les cours pour pouvoir combattre à bangkok et ramener de l’argent pour leur famille. J’ai pu ressentir cet instinct de survie et cette rage de vivre sur le ring. Et oui ce n’est pas parce que ce sont des enfants qu’ils ne m’ont pas mis une raclée.

muay thai thailande
Je met les gants avec un des jeunes boxeurs!

Après un entrainement de plus de trois heures et beaucoup de transpiration versée, il fait nuit. J’ai de la chance d’être chez des thaïlandais, ce soir je ne dormirais pas au bord de la route, mais dans la salle commune avec tous les autres boxeurs, sur le sol avec un petit coussin douillet. Mais avant d’aller au lit j’ai aussi droit à un bol de cuisses de crapaud pour les protéines ( je vous jure que c’est vrai ). Je vais pouvoir faire de beaux rêves ce soir. Si vous vous dirigez vers la frontière Laotienne dans la région d’Issan en Thaïlande, ouvrez bien les yeux, vous pourriez tomber sur ce camp mythique.

muay thai thailande
La petite famille

CHAPITRE 3 : LA PETITE MAISON DANS LA PRAIRIE

Il est 7h du matin et il est maintenant l’heure de faire mes adieux à ma petite famille de boxeurs pour reprendre la route et les pédales. La maître de maison m’offre encore quelques brochettes pour la route pour avoir de l’énergie, et je risque en avoir besoin. Oui, aujourd’hui je suis bien décidé à traversé la frontière! La route ne manque vraiment pas de charme bien que plus escarpée que jusqu’à maintenant. Je traverse des ponts au dessus de rivières silencieuses et je prends un peu de temps pour souffler et observer les pêcheurs en plein travail.

paysage laos
Ce genre de vue qui te motive à avancer

Mis à part ces moments de calme et de beauté, je dois surmonter les attaques des chiens incessantes à chaque fois que je passe devants une maison. C’était peut être du à du Justin Bieber que je mettais à fond sur l’enceinte à l’arrière du vélo, je ne peux pas vous dire… Après avoir survécu aux chiens, il me reste encore une dernière ligne droite jusqu’au Laos. Enfaite je je n’appellerais pas ça une ligne droite mais plus les montagnes russes. Des pentes à 15% qui sont géniales en descente mais qui vous vont déchanter quand il faut remonter. En montée, impossible d’y arriver à la seule force de mes jambes, je dois descendre du vélo et pousser, pas d’autres solutions. Mais le calvaire se termine quand j’aperçois le drapeau laotien au loin, la frontière est là!

route laos
C'est normal au Laos
Ma tête après 80 km à vélo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Enregistrer